C’est parti, ouvrez votre boutique

Site web, 100% sécurisé

Vous Etes Perdu ? Aide & FAQ

africa eshopping logo

Perdu ? Aide & FAQ

A la découverte du peuple maasaï du Kenya

par | 8 Mai 2021 | Patrimoine culturel, Tourisme | 0 commentaires

Les maasaïs sont un peuple semi-nomade et des guerriers en Afrique de l’Est, vivant principalement dans le centre et le sud-ouest du Kenya et dans le nord de la Tanzanie. Les maasaïs appartenaient à la communauté nilotique et ont émigré du sud du Soudan vers le 15ème siècle et ont accompagné leur famille pour élever du bétail. Il occupe de nombreux parcs animaliers en Afrique de l’Est, et ce fait peut contribuer à faire des maasaïs l’un des pays les plus connus du public occidental. Le peuple maasaï maintient ses traditions culturelles tout en participant aux forces économiques, sociales et politiques contemporaines dans la région et au-delà. Depuis le début de 2013, les maasaïs de Tanzanie ont été confisqués par le gouvernement du président Jakaya Kikwete.

Les estimations de la population maasaï au Kenya et en Tanzanie varient selon les sources. Le fait que les nomades et les groupes puissent traverser les frontières très librement rend leur estimation difficilement estimable. Selon des sources, la population maasaï est comprise entre 300 000 et 880 000. Au Kenya, 841 622 personnes ont été recensés lors du recensement de 2009. Les maasaïs sont divisés en cinq groupes: Arusha, Balagu (en), Kisongo (en), Purko et Samburu. Un grand nombre de maasaïs se sont installés dans les régions de Narok, Trans Mara et Kaguiado, dans la province de la vallée du Rift au Kenya.

Les maasaïs sont les anglophones les plus méridionaux et sont directement liés aux peuples Turkana et Karenjin près du lac Turkana dans le nord du Kenya. Les traditions orales et les données archéologiques du peuple maasaï indiquent qu’ils ont migré du nord au sud. À la fin du XIXe siècle, la plus grande partie des terres maasaïs a été conquise par les colons britanniques et allemands, la peste bovine et la variole, puis pendant la période d’indépendance, avec l’aide du gouvernement, elle a été occupée par la communauté africaine dominante. Une partie des terres a également été convertie en zones protégées et parcs nationaux (Amboseli, Nairobi, Masai Mara, Samburu, Nakuru, Manyara, Ngorongoro, Serengeti et Tsavo). maasaïs. Les maasaïs sont semi-nomades et ont une économie pastorale unique. Ils ont résisté au gouvernement du Kenya et de la Tanzanie qui les inciter à vivre une vie sédentaire et à adopter l’agriculture. Ils ont obtenu le droit de faire paître du bétail dans de nombreux parcs des deux pays et, dans le processus de changement de saison, ils ignorent souvent la frontière lorsqu’ils déplacent un grand nombre de bétail dans la prairie. Leur résistance leur a permis de faire connaître leur style de vie maasaï, considéré comme un exemple de vie en harmonie avec la nature. On peut également dire que leur conservatisme est la source d’attrait des touristes occidentaux. Les maasaïs vivent toujours dans le sanctuaire de la faune, et ils en sont les premiers organisateurs. Hormis le rituel de la chasse aux lions, ils ne chassaient pas, mais préservaient les animaux sauvages, leur feu transformait des buissons impénétrables en herbe basse. Les réserves n’ignorent pas le surpeuplement touristique et animalier, en particulier Amboseli près de Nairobi, qui offre aux visiteurs une magnifique toile de fond du mont Kilimandjaro. Le Kenya connaît également les inconvénients du braconnage.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This
Mon panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0